1st Twinning Fever ou la chronique du voyage des Ducs de Normandie au Pays de Galles

1st Twinning Fever ou la chronique du voyage des Ducs de Normandie au Pays de Galles

13177554_619363238231125_4710243303795877517_n2015 est à retenir dans l’histoire du Ducs de Normandie Chapter comme l’année au cours de laquelle, à l’issue de plusieurs mois d’un intense travail mené conjointement avec Adrian VAUGHAN, Black Mountains Chapter’s Director, et Marjorie RAE, H.O.G.® Manager for UK & Ireland, s’est scellée la démarche officielle de jumelage entre nos 2 chapters.

C’est dans un esprit de partage, conformément à l’éthique et aux finalités du H.O.G.®, que ce rapprochement s’est opéré, dans une perspective de collaboration, de partage et de convivialité, afin de développer des liens d’amitiés étroits et durables.

Nous avons rédigé une charte de jumelage qui s’avère être la déclinaison opérationnelle des modalités de liens entre les 2 chapters, laquelle doit être officiellement signée le 25 juin à la concession Harley-Davidson Légende 76, en présence de son gérant Dominique POTTIER et Lynette BALLARD, sponsoring Dealer Swansea Harley-Davidson.

En marge de ce travail, nous avons passé ces 8 derniers mois à préparer un voyage en terres Galloises et l’accueil de nos amis celtes en Normandie au mois de juin prochains. Ce périple de quelques jours n’est pas à envisager comme l’aboutissement de toutes ces semaines de préparation mais bel et bien comme l’aube d’une réelle aventure humaine.

A l’issue d’une très courte nuit passée sur le ferry, nous débarquons à Portsmouth au lever du jour et prenons la route pour rejoindre la ville de Cardiff, à 250 kilomètres de là. Après un arrêt pour ravitailler les sporster en carburant et les hommes et femmes en café, nous arrivons dans la capitale du Pays de Galles où nous sommes accueillis, sous un soleil de plomb, par Adrian VAUGHAN et quelques membres du Black Mountains Chapter.

Le repas sous les parasols avalé, nous consacrons notre après-midi à la visite du château, dont une partie a été érigée par nos ancêtres Normands, puis, ensuite, la visite du centre-ville et ses arcades centenaires. La journée se poursuit par une petite croisière sur un bateau qui nous était réservé pour l’occasion et qui nous a fait naviguer le long du fleuve Taff, jusqu’en baie de Cardiff, où nous avons passé la soirée en compagnie de nos hôtes.

Le 2ème jour, nous rejoignons nos amis à Ogmore by sea, en bordure de littoral, et dont les paysages alentours ne sont pas sans évoquer l’Irlande. Les présentations d’usage faites, la colonne se met en branle, quitte le bord de mer pour entamer l’ascension des montagnes du parc national du Brecon Beacon. Là encore, le Pays de Galles nous prouve qu’il est une terre de contrastes : au détour d’un virage, d’un col, les couleurs changent, la végétation se fait plus ou moins luxuriante et seule la présence massive des moutons en liberté nous rappelle où nous sommes.

Une brève pause déjeuner et nous rejoignons, à quelques encablures de là, Penderyn, l’unique distillerie du Pays de Galles. Séance découverte puis, dégustation… modérée. Quelques souvenirs emportés dans les sacoches et les tour-packs et nous redescendons la montagne pour rejoindre la concession Swansea Harley-Davidson où Lynette BALLARD nous a réservé un accueil particulièrement soigné et chaleureux : sur les tables dressées à l’extérieur pour l’occasion nous avons à disposition de quoi restaurer le plus affamés et étancher la soif des autres. Puis, après les traditionnels achats de t-shirts, nos hôtes nous accompagnent jusqu’à notre hôtel situé au bord de la marina de Swansea. Dîner au restaurant pour les uns et au pub de l’hôtel en compagnie des membres du Black Mountains Chapter pour les autres. Les visages sont marqués par le soleil, les traits sont parfois tirés, mais qu’importe, la satisfaction et la joie se lisent sur les visages et la soirée se passe au rythme des « Iechyd Da », expression galloise d’usage lorsque l’on trinque.

13133170_618657011635081_5898213370653315448_nLe 3ème jour, changement de décor. Nous prenons la route en direction du Pembrokeshire, région réputée comme l’une des plus belles du Pays de Galles. Un premier arrêt devant le château de Laugharne qui se dresse encore devant nous avec fierté et en dépit du poids des siècles. Les oiseaux tournoient au-dessus lui conférant un aspect fantomatique qui ajoute un côté féerique à la magie du lieu. Le temps d’une photo et nous partons en direction de Pendine, plage mythique pour les amateurs de courses effrénées sur le sable. Nous passons ensuite Amroth, Wisemans Bridge puis Saundersfoot Harbour, empruntant des routes côtières improbables. Une pause déjeuner à Tenby, petite bourgade fortifiée à l’architecture colorée dans des tons pastels avant de rejoindre la ville de Pembroke et son château.

Comme un clin d’œil à l’histoire, celui-ci a été érigé pour endiguer l’invasion des armées de Guillaume le Conquérants, et ce n’est pas sans émotions que nous marchons sur les traces de nos illustres ancêtres. Pour l’occasion, la ville de Pembroke a vu les choses en grand et, pour la première fois de son histoire, le château de William Marshall accueille en son sein près d’une cinquantaine de bikers Gallois et Normands. Du haut des tours et du mur d’enceinte, le spectacle est grandiose : de mémoire de Gallois, jamais des engins motorisés n’avaient franchi la porte de ces fortifications. A Harley-Davidson rien d’impossible, et nous l’avons fait !

L’occasion est trop belle et le roi Henry VII pour un jour en profite pour adouber Edwige et Fred et leur octroyer le titre honorifique de chevalier de l’ordre des Black Mountains.

Le 4ème jour, est consacré à un long ride à travers les Black Mountains. Là encore, entre routes escarpées, quelques nez à nez avec des moutons dont nous sommes venus perturber la tranquillité à coup de stage 1 et des paysages à couper le souffle, le dépaysement est total. Le soleil ne nous a pas quittés d’une semelle tout au long de ce périple.

A l’heure de se dire au revoir, les images défilent dans les esprits, les mines s’assombrissent et l’émotion est palpable. Encore sous le choc de ce que nous avons découvert de ce pays et de l’infinie générosité qui caractérise nos hôtes, le temps est venu pour nous de regagner notre terre natale. Nous nous sommes donné rendez-vous dans 6 semaines, mais comme le temps semble long.

Pour clore ce chapitre, je citerais volontiers la réponse qu’il m’a été permis de faire à Adrian VAUGHAN lorsqu’il m’a demandé ce que j’avais ressenti au cours de ce voyage : « When I’m in Wales, I feel like being at home ». C’est ma troisième rencontre personnelle avec le Pays de Galles, et ce ne sera assurément pas la dernière.

 

Frédéric DUCLOS

Activities Officier

 

 

 

1 Comment

  1. Centofanti Françoise

    Merci pour cet article qui fait rêver celles et ceux qui sont restés à quai… Il y avait les photos maintenant le texte… C’est parfait !

Comments are closed.